© 2015-2018 JF-B Philatélie

Double peine

17/02/2016

Les deux premiers timbres émis en 1852 à l’Ile de la Réunion sont des icones pour les collectionneurs des anciennes colonies françaises, à l’instar des Post Office de l’Ile Maurice.


Ces timbres sont des compositions typographiques peu esthétiques, émises sans gomme et que l’on retrouve sur le marché très souvent en très mauvais état. Ils ont étés étudiés en détail dans l’ouvrage «Les deux premiers timbres de l’Ile de la Réunion». Cet article en est d’ailleurs un extrait.

Une des conclusions de l’ouvrage était que les exemplaires neufs sont en majorité des timbres non oblitérés sur lettre et décolés, ou avec une annulation plume lavée.

 

 

Revenons sur une pièce intéressante, cette lettre du 15 janvier 1853 de Montpellier à destination de La Posséssion à la Réunion réexpédiée à Saint Benoît.

 

Par la voie de Suez, l’affranchissement est partiel. C’est à dire que le port de Montpellier à Alexandrie  est à la charge de l’expéditeur (formalisé ici par le timbre à 1F, tarif des Paquebots de la Méditerranée).
Le reste du trajet est à la charge du destinataire, soit 2F20 (tarif du 8 mai 1852).

 

Le fait que l’indictation de la ville Possession près St Paul soit barré et la lettre nouvellement annotée à St Benoît évoque bien une réexpédition. Le timbre réunionnais prend donc tout son intéret. Une personne aurait récupéré la lettre et aurait complété l’affranchissment de 30c en plus (tarif du 10 décembre 1851 pour une lettre intérieure).

Mais tout cela resterait plausible sans compter la petite marque 2.50 à la plume ... apposée ici par le préposé des postes, afin de prendre en compte le montant de la réxepédition, taxe à payer par le destinataire.

Le port n’étant à priori, pas payé deux fois, le timbre à 30c n’aquitte pas du tout du pré-paiement de la réexpédition ... il est ici parfaitement superflu.

En recherchant dans les archives photo, on retrouve facilement ce timbre (vu pour la dernière fois détaché en 2003), il s’agit de l’exemplaire référencé 30t1-5, dans l'ouvrage précité, identification faite à l’aide des 2 filets extérieurs et de divers détails du dessin.

 

 

Benoît Chandanson

Please reload